Diaporama
Fédération de pêche de Saône-et-Loire > Gestion des milieux > Etudes > Etudes piscicoles > Etude piscicole et astacicole des rivières Grosne

Etude piscicole et astacicole des rivières Grosne

Depuis l’été 2008, la Fédération (en partenariat avec la Fédération du Rhône) réalisait une étude piscicole et astacicole pour le compte du Syndicat mixte d’aménagement de la Grosne dans le cadre de la réalisation du contrat de rivière Grosne. Cette étude s’est achevée en juillet 2010.

Le Pelot, affluent de la Grosne

Le Pelot, affluent de la Grosne

Pour connaitre et caractériser l’état des peuplements piscicoles et astacicoles, des pêches électriques et des prospections nocturnes ont été réalisées. Rappelons qu’il subsiste dans le département de Saône-et-Loire 4 espèces d’écrevisses : l’écrevisse américaine, l’écrevisse signal, l’écrevisse de Louisiane et l’écrevisse à pieds blancs. L’écrevisse à pieds blancs aujourd’hui menacée de disparition, est l’espèce originelle de nos cours d’eau ; toutes les autres sont considérées comme invasives et nuisibles. Pour rechercher et identifier l’écrevisse pieds blancs, la Fédération a réalisé des comptages de nuits au moyen de lampes torches et de projecteurs.

Étant sur un bassin de 1ere catégorie encore colonisé par la truite fario, des sondes thermiques ont été disposées sur le linéaire des cours d’eau afin de déterminer les caractéristiques de températures estivales des eaux. Nous tenons à rappeler que la truite est un poisson d’eau froide. De récentes études Européennes ont montré :

  • qu’au delà de 18 à 19°C la truite ne s’alimente plus,
  • qu’au-delà de 24 à 25°C le seuil létal est atteint,
  • qu’au-delà de températures moyennes journalières de 17 à 18°C, les densités des populations salmonicoles s’effondrent.

L’objectif de cette étude a donc été d’étudier le plus finement possible l’état des populations de truite et d’écrevisses pieds blanc des têtes de bassin de la Grosne (zone de source et zone amont) mais aussi l’état du milieu dans lequel ces organismes vivent afin de proposer d’éventuelles recommandations de gestion, des aménagements piscicoles, des mesures réglementaires pour valoriser et préserver l’espèce truite fario.

 
 

Inventaires piscicoles et astacicoles du bassin de la Guye

En complément de l’étude des peuplements piscicoles et astacicoles réalisées sur les têtes de bassin de la Grosne, la Fédération de Pêche a engagé une étude visant à actualiser les inventaires piscicoles de la rivière Guye, les dernières données disponibles datant de 1999. De même, il était nécessaire de compléter les inventaires astacicoles déjà réalisés sur le bassin de la Guye par l’ONEMA et la SHNA.

Cette étude a montré que le peuplement piscicole inventorié en 2008 sur les deux stations amont (Cersot et Germagny) est très altéré et s’est nettement dégradé par rapports aux inventaires piscicoles réalisés en 1989 et 1999. Le peuplement piscicole de ces deux stations, qui devrait être composé majoritairement d’espèces de la zone à truite, typiques des eaux fraîches et courantes, comprend désormais de nombreuses espèces limnophiles des eaux chaudes et tolérantes. Cette évolution est indicatrice d’une forte dégradation de la qualité de la Guye dans ce secteur. Sur la station intermédiaire, située à Saint-Martin-la-Patrouille, on observe aussi une dégradation du peuplement piscicole mais qui est plus mesurée. Sur les deux stations aval (à Sailly et Cortevaix), les résultats obtenus montrent que le peuplement piscicole est de bonne qualité. On remarque notamment la présence en grand nombre d’espèces indicatrices d’un milieu préservé comme le barbeau fluviatile, la vandoise, le spirlin, le hotu, … Le peuplement piscicole est relativement stable par rapport aux inventaires précédents. Les inventaires astacicoles réalisés en 2009 ont permis de compléter les premiers inventaires engagés par la SHNA et l’ONEMA en 2000, 2001 et 2005 dans le bassin de la Guye. Une nouvelle population d’écrevisses à pieds blancs a ainsi pu être identifiée. La situation de cette espèce est préoccupante dans le bassin de la Guye, puisque seules 8 populations très isolées en tête de bassin sont aujourd’hui connues.

L’étude complète peut-être téléchargée en suivant ce lien.

 
PhotosVideosKiosque