Diaporama

Dossier GRTGaz

Passage en Souille d'une conduite de gaz

Passage d’une conduite de gaz sous la Mouge

GRTgaz a achevé dans le courant de l’année 2010 une liaison de gaz entre Génelard (71) et Etrez (01) afin de créer une nouvelle relation Ouest-Est et la connexion des stockages de Chémery et Etrez. La conduite de gaz, de diamètre DN600 (soit 610 mm) et pour longueur 85 km est exploitée à une pression maximale de service (PMS) de 80 bars. Cette canalisation est enfouie sous un mètre de recouvrement minimum.

Tel que le projet de ligne a été réalisé, la conduite a intercepté une trentaine de cours d’eau du département de Saône-et-Loire sur 4 bassins hydrographiques (bassin de la Bourbince, de l’Arconce, de la Grosne, de la Mouge et de la Saône).

Dés 2008, la fédération de pêche a engagé un important travail avec GRtgaz pour limiter au maximum les impacts des travaux de pose de la conduite et proposer des alternatives pour améliorer la qualité biologique des cours d’eau. Quelques modifications de tracé ont même été obtenues.

Cette collaboration s’est poursuivie en 2009 puisque la Fédération a réalisé l’état initial des cours d’eau traversés avant travaux (cf. étude n°1) et a proposé la mise en place de mesures compensatoire (cf. étude n°3).

En 2010, quelques pêches de sauvetage ont eu lieu juste avant les travaux d’enfouissement de la canalisation dans les cours d’eau. Puis un suivi piscicole et astacicole a été réalisé à la fin des travaux pour vérifier leur impact sur les populations de poissons et d’écrevisses.

Travaux sur la Mouge

Travaux sur la Mouge

Etude n°1 : Etat initial et après travaux des cours d’eau traversés par la canalisation :

La Fédération de pêche de Saône-et-Loire a réalisé en 2009, 2010 et 2014 un état des lieux piscicole et astacicole des cours d’eau traversés par la canalisation de gaz. Au total, 10 pêches électriques ont été réalisées et 13 secteurs ont été prospectés de nuit pour vérifier la présence d’écrevisses à pieds blancs.

Ces travaux d’étude ont été entrepris avant les travaux (état initial en 2009), 1 an après les travaux (état n+1 en 2010) et 5 années après les travaux (état n+5 en 2015).

Les cours d’eau étudiés ont été l’Arconce, la Gande (un affluent de la Guye), la Grosne, la Mouge ainsi que certains de leurs petits affluents.

Les inventaires réalisés ont permis de déterminer les cours d’eau les plus intéressants pour la faune piscicole et astacicole afin que des précautions supplémentaires soient prises au moment des travaux par GRT Gaz.

Aussi l’analyse des résultats d’inventaires astacicoles et piscicoles après travaux ont fort heureusement montré que les travaux avaient eu un impact mineur sur les populations en place.

Études consultables :

 

Etude n°3 : Propositions de mesures compensatoires au passage de la canalisation :

Malgré toutes les précautions d’usage prises par GRT Gaz pour la pose de la canalisation, ce type de travaux engendre toujours des impacts dont certains ne pourront être évités sur les cours d’eau.

GRT Gaz a donc proposé de compenser l’impact des travaux par la mise en place de mesures compensatoires et a chargé la Fédération de pêche de les mettre en place.

La Fédération a proposé de travailler sur trois cours d’eau d’intérêt majeur : le ruisseau de la Verrerie (dans le bassin du Tamaron), le ruisseau des Argolets (un petit affluent de la Grosne) et la Mouge en raison de la présence de l’écrevisse à pieds blanc ou de la truite fario.

Parmi l’ensemble des mesures compensatoires proposées sur les petits ruisseaux, il y a de la pose de clôture et la mise en place d’abreuvoir pour limiter le piétinement bovin, la plantation d’arbre en rive pour créer de la diversité d’habitat et limiter le réchauffement thermique et l’effacement de seuil sur les parties amont de ruisseaux à truite.

 
Remise de la Mouge dans son lit d'origine

Remise en eau de l’ancien lit de la Mouge

Ancien lit de la Mouge après restauration

Ancien lit de la Mouge après restauration

 
 
 
PhotosVideosKiosque