Diaporama
Fédération de pêche de Saône-et-Loire > Actualités > Pour 2014 : Des quotas en Saône-et-Loire

Pour 2014 : Des quotas en Saône-et-Loire
| Publié le 19 décembre 2013

Voilà maintenant plus d’un an que la Fédération et les AAPPMA du département de Saône-et-Loire réfléchissent conjointement à l’opportunité de mettre en place des quotas de prélèvements des espèces de poissons carnassiers (brochet, sandre et black bass) associés avec une augmentation de la taille légale de capture.

Depuis plus d’une vingtaine d’années la Fédération et les AAPPMA du département restaurent et réhabilitent des sites propices à la reproduction du brochet (Cf. Frayères à brochet : un investissement nécessaire).

Ces travaux sur l’habitat sont essentiels au maintien des populations de certaines espèces piscicoles. Hormis les frayères, il est aussi primordial de réfléchir aux habitats présents en lit mineur. Sans abris, sans végétation une grande partie du frai est perdue.

Il est essentiel de poursuivre ces efforts mais en complétant ces actions, par de nouvelles mesures limitant quelque peu les prélèvements comme cela existe depuis fort longtemps pour les salmonidés (truite fario).

En effet, la règlementation générale est ancienne et certains points ne nous semblent plus d’actualités.
Pour exemple, nous savons aujourd’hui qu’une femelle de brochet à 50 cm s’est tout juste reproduite.

Retour dans son élément d'un sandre

Retour dans son élément d’un sandre

Des quotas pourquoi faire ?

Car les espèces carnassières sont de plus en plus recherchées par les pêcheurs.

  • Pour une meilleure protection des espèces et de la ressource (le brochet est une espèce inscrite depuis peu sur la liste rouge des espèces menacées en France).
  • Pour un meilleur partage de la ressource entre pêcheurs.
  • Car la collectivité investit beaucoup de temps et d’argent dans la restauration de frayères (cas du brochet – Cf. Frayères à brochet : un investissement nécessaire).

Des quotas spécifiques selon les espèces ?

Pour le sandre, le brochet et le black bass, notre souci principal a été d’adapter les niveaux de prélèvement en rapport avec l’état des populations tout en conservant à l’esprit que la pêche reste une activité de prélèvement.

Pour chaque espèce, une taille et un quota de prélèvement ont été définis.

Le règlement intérieur suivant a ainsi été voté à l’unanimité, moins une abstention, en assemblée générale de la Fédération, le 2 mars 2013 à Louhans :

- 3 sandres par jour et par pêcheur à la taille légale de capture de 50 cm.

- 1 black bass par jour et par pêcheur à la taille légale de capture de 30 cm.

- 1 brochet par jour et par pêcheur à la taille légale de capture de 60 cm.

Ce règlement sera applicable en 2014 pour les pêcheurs amateurs aux engins et aux lignes, sur l’ensemble du domaine géré par les Associations de Pêche du Département et de la Fédération.

C’est posée la question, des parcours sur lesquels la pêche professionnelle est exercée (Saône, Seille, Doubs). Il nous était alors possible de les exclure de ce règlement par souci d’équité entre pêcheurs. Dans ce cas, cela signifiait que nous acceptions leurs prélèvements et que nous n’engagions rien sur ces secteurs pour préserver au mieux la ressource. Il aurait alors été difficile de faire comprendre à l’administration certains points de désaccord que nous avons avec la pêche professionnelle et en particulier le fait que le sandre ferme le deuxième samedi de mars en pleine période de reproduction du brochet. Période à laquelle des brochets sont malheureusement encore capturés au filet avec des chances de survie plus que réduite malgré leur remise à l’eau obligatoire…

Black Bass

Remise à l’eau d’un black-bass (source FNPF)

Plus qu’un outil répressif, ce règlement intérieur aura pour principales fonctions :

- d’être un outil à valeur pédagogique et de sensibilisation,

- de compléter les actions des pêcheurs et des instances de la pêche pour la restauration des milieux,

- de renforcer notre étiquette de préservation du patrimoine piscicole,

- d’aller dans le sens d’une pêche plus moderne et respectueuse du poisson,

- de nous permettre de prendre de l’avance sur les évolutions qui arriveront surement un jour en France pour la pêche des carnassiers ; la Fédération Nationale Pour la Pêche en France ayant pris le parti de former une commission dès 2014 pour réfléchir à une remise à jour de la réglementation.

Pour des informations plus détaillées vous retrouverez en lisant ce document l’ensemble (Proposition quotas carnassier (présentation AG Fédération 2013)) des arguments énoncés en Assemblée Générale du 02 mars 2013 à Louhans.