Diaporama
Fédération de pêche de Saône-et-Loire > Actualités > Une étude sur la population de brochet du Solnan

Une étude sur la population de brochet du Solnan
| Publié le 5 novembre 2013

Le Solnan est le principal affluent de la Seille. D’une largeur moyenne de 9 m à son entrée en Saône-et-Loire à Condal, il s’élargit considérablement ensuite (jusqu’à 30 m) après avoir reçu les eaux du Sevron, de la Gizia et enfin de la Vallière juste avant de confluer avec la Seille à Louhans. Si ce cours d’eau reste très fréquenté par les pêcheurs, les nombreux aménagements qu’a subi le Solana aussi bien dans son lit mineur que dans son lit mineur, ont conduit à une diminution de la qualité de ses habitats pour la faune piscicole et donc à une diminution de l’intérêt halieutique du cours d’eau. Le brochet en particulier semble avoir a souffert de ces aménagements : l’assèchement ou le comblement des zones humides l’empêche de se reproduire, les barrages limitent la migration des géniteurs, les curages ont dégradés ses habitats dans le lit mineur des cours d’eau, l’apparition de nouvelles espèces de poissons carnassiers engendrent une concurrence (sandre, silure, …), … Les différents  inventaires piscicoles réalisés dans le passé par la fédération de pêche et l’ONEMA montrent que les densités de  brochet sont effectivement faibles dans ce cours d’eau.

Afin de compléter les connaissances sur la situation de cette espèce dans le Solnan et pour analyser les facteurs limitant le développement de cette espèce, la fédération de pêche réalise actuellement, dans le cadre du Contrat de Rivière Seille, une étude des populations de brochet sur le Solnan avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse et de la Fédération Nationale pour la Pêche en France. Les objectifs de cette étude sont les suivants :

–          caractériser le peuplement piscicole du Solnan et en particulier étudier l’état de la population de brochet,

–          étudier les fonctionnalités du lit mineur du Solnan et des zones humides annexes pour le cycle biologique du brochet.

L’un des rares brochet observé sur le Solnan dans le cadre de cette étude – Crédits photo : fédération de pêche 71

Les premiers résultats confirment la raréfaction de l’espèce sur ce cours d’eau. Deux raisons principales semblent expliquer les faibles effectifs recensés :

–          un déficit des zones de reproduction : il n’y a clairement plus assez de zones humides favorables à la reproduction du brochet dans le lit majeur du Solnan pour assurer un bon développement de cette population,

–          un déficit d’herbiers dans le lit mineur du Solnan préjudiciable lors de la première année de croissance des brochetons ; ce manque d’herbiers est dû notamment à la présence de barrages qui créent de grandes retenues d’eau profondes peu propices au développement des herbiers.

Suite à cette étude, un programme de restauration sera proposé par la Fédération de pêche à l’EPTB Saône-et-Doubs en charge du Contrat de Rivière Seille.